Le Bech32 est un type de codage utilisé pour les couches d'application. Il est également connu sous le nom de "Base32". Ce codage représentait à l'origine un format d'adresse pour les parutions de ‘témoins’ de la version native 0.16. Au départ, le mécanisme de la monnaie originale et de la première cryptomonnaie reposait sur des adresses en Base58 avec le « double SHA256 » faisant partie du système. Le champ d'application a ensuite été étendu au P2SH (pay-to-script-hash).

Comme le codage initial et l’algorithme « checksum » (contrôle de somme) présentaient des défauts en termes de limitations, un nouveau format d'adresse a été proposé. Ce qui limitait le Base58 initialement était la nécessité d'utiliser beaucoup d'espace pour les codes QR. Cela était dû au fait que le Base58 n'est pas capable d’avoir recours aux caractères et à l’encodage alphanumérique. De plus, le double contrôle SHA256 était lent et ne présentait aucune garantie de sécurité, ce qui posait un problème majeur. En plus de toutes ces limitations, le Base58 a rapidement été jugé trop lent et trop compliqué pour être utilisé.

Alors que le Base58 n’était que moyen, le Bech32 était une alternative plus efficace et plus sûre. Il comporte une partie lisible par l'Homme, sous la forme d'une chaîne de caractères qui peut être lue à haute voix, et son format est plus petit, ce qui le rend adapté à la lecture de codes QR.

Le Bech32 a été créé pour réduire la taille des transactions

De plus, le Bech32 a été créé pour prendre en charge de petites transactions, réduites en taille par rapport aux transactions effectuées par le biais du P2SH SegWit. Le Bech32 et le P2SH utilisent tous deux 20 octets pour le hachage ; cependant, le Bech32 n'a pas besoin d'octets supplémentaires, utilisant seulement une valeur fixe de « 00 hash ». D'autre part, le P2SH exige une valeur de « 160 hash » opérationnel en plus d'exiger l’OP_EQUAL avec les 20 octets intégrés.

De plus, le Bech32 ne nécessite pas de script de signature « sans témoin », tandis que le P2SH a besoin de 23 octets pour chaque entrée, avec des octets supplémentaires provenant du P2SH UTXO. Bien que les deux soient comparables, le P2SH et un type de transaction tandis que le Bech32 est un type de codage équivalent au SegWit natif, ce qui favorise en outre une meilleure détection des erreurs.

Retrait et envoi autorisés aux adresses Bech32

La forme actuelle de la plate-forme Tokens.net permet aux utilisateurs d'utiliser les adresses Bech32 pour envoyer et retirer des fonds. Bien que les retraits et les transactions de fonds soient possibles via les adresses Bech32, les utilisateurs ne peuvent pas effectuer de dépôts directement sur la plateforme, mais envoient plutôt des dépôts par l'intermédiaire de portefeuilles.

Par conséquent, les adresses Bech32 offrent un environnement convivial pour les petites transactions tout en ayant des fonctions améliorées dans le domaine de la détection des erreurs. Les adresses Bech32 ne peuvent pas être utilisées pour les dépôts sur Tokens.net.

En ce qui concerne la forme des adresses Bech32, ces adresses ont une partie lisible par l'Homme et utilisent le sigle "bc" pour accéder au réseau principal tandis que "tb" est utilisé pour le réseau test. Le séparateur entre la partie lisible par l'Homme et la partie lisible par le système est toujours "1". La chaîne Bech32 a un maximum de 90 caractères avec une partie de données composée de caractères alphanumériques d'au moins six caractères. Les caractères alphanumériques de la chaîne Bech32 excluent les "1", "b", "i" et "o"..

Les adresses Bech32 comportent entre 42 et 62 caractères. Une adresse Bech32 typique se présente comme suit:

bc1qar0srrr7xfkvy5l643lydnw9re59gtzzwf5mdq (42 caractères)

et

bc1qc7slrfxkknqcq2jevvvkdgvrt8080852dfjewde450xdlk4ugp7szw5tk9 (62 caractères).

Rate this article:
Author: Tokens.net Team
English
Deutsch
Italiano
Français
Español
Nederlands
Polski
Svenska
Português
Türkçe